Les chats errants de la rue Ledion

Dans le 14e arrondissement de Paris, la mairie n’a toujours pas pris en charge les chats errants de la rue Ledion.  Les riverains souhaitent une stérilisation de cette petite colonie afin d’éviter de nouvelles naissances.

Dès le 26 novembre, notre association ECA attirait l’attention de l’adjointe à la Maire, puis de la Maire, sur la nécessité d’agir rapidement. Malgré nos relances, les chats n’ont toujours pas été capturés, immatriculés, ni stérilisés. Nous sommes en février et bientôt de nouveaux chatons naitront. Ils connaitront les dures conditions de vie des chats errants exposés aux maladies, à la violence, parfois à la cruauté.

Pas de budget pour les animaux

La raison principale de cette inaction est l’absence de budget prévu pour la condition animale. La mairie du 14e semble ne pas avoir prévu de financer ou ne pas vouloir financer cette prise en charge. 

Le même problème se rencontre au niveau de la Mairie de Paris. Dans son budget, voté en décembre 2020, elle n’a pas prévu de financement pour les animaux. Pourtant en 2019, à l’initiative d’ECA, la Ville de Paris avait adopté des vœux l’engageant à prendre en charge financièrement les chats des rues. Ces vœux n’ont jamais été mis en œuvre. 

Dépôt d’un vœu dans le 14e arrondissement

A notre initiative, un vœu a été déposé par Cédric Villani. Il demande que la Mairie du 14e finance la capture, les soins, la stérilisation, l’immatriculation, la mise à l’adoption ou la remise sur site des chats de la rue Ledion. Ce vœu sera débattu au prochain conseil d’arrondissement, le 23 février prochain. Nous espérons qu’il sera adopté et mis en œuvre.

En ce début d’année 2021, la Ville de Paris a posé des actes symboliques forts que nous saluons. Néanmoins, tant que la Ville, et ses arrondissements rechigneront à financer une prise en charge bienveillante et respectueuse des animaux, la condition du plus grand nombre d’entre eux restera misérable. Sans budget, les délégations « condition animale » restent des coquilles vides. Pourtant le budget nécessaire pour accompagner les chats des rues représente une goutte d’eau rapportée aux centaines de millions d’euros que la Ville consacre à l’entretien des végétaux. 

La souffrance d’un animal sensible tel qu’un chat devrait mériter, au moins, autant de considération que l’esthétique d’un massif ou d’un jardin. Ce n’est pas encore le cas.

Lien vers le vœu déposé par Cédric Villani sur le site de la Mairie

Télécharger le vœu

Photo  ©Bouba & Cie